Index des mots-clés

France. Appel d’ONG pour l’arrestation de rebelles hutus rwandais du FDLR

Publié le 21 novembre 2009

[|France|] [|Appel d’ONG pour l’arrestation de rebelles hutus rwandais du FDLR|]

PARIS, 21 nov 2009 (AFP) - La France "doit assumer son rôle dans la lutte contre les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité" et faire arrêter les responsables des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) qui vivent sur son sol, ont réclamé samedi plusieurs ONG dans un communiqué.

La France a le "devoir d’adapter son droit au statut de la Cour pénale internationale, ce qu’elle tarde à faire depuis près de 10 ans, pour permettre la poursuite de responsables de crimes internationaux", affirment notamment les sections françaises d’Amnesty International et d’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) et le Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR).

"A l’abri de toute enquête judiciaire et de poursuites, les responsables présents en France font seulement l’objet des sanctions prévues par la résolution 1804 du Conseil de sécurité des Nations unies, tels qu’un gel de leurs avoirs et une interdiction de voyager", selon le texte.

Le chef des FDLR, Ignace Murwanashyaka, et son adjoint, Straton Musoni, ont été arrêtés mardi en Allemagne pour crimes de guerre et contre l’humanité. Ils sont soupçonnés d’avoir coordonné des exactions commises entre janvier 2008 et juillet 2009 par les FDLR, qui regroupent quelque 5.000 rebelles hutu rwandais installés dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), région frontalière du Rwanda.

Après cette arrestation les ONG signataires demandent à Paris d’imiter Berlin.

Jeudi le ministère français des Affaires étrangères avait indiqué qu’en France une procédure était ouverte à l’encontre de Callixte Mbarushimana, secrétaire exécutif des FDLR, pour son implication présumée dans le génocide rwandais.

La France est déterminée "à contribuer activement au renforcement de l’action de la communauté internationale contre les responsables du génocide rwandais et les groupes armés qui déstabilisent l’Est de la RDC", avait indiqué le porte-parole du ministère.

Callixte Mbarushimana, qui vit en France, s’est dit vendredi "disponible" et prêt à "coopérer sereinement avec la justice française", dans une déclaration transmise à l’AFP.

  1. Accueil du site
  2. La Cour pénale internationale
  3. Affaires et situations
  4. Autres situations
  5. France. Appel d’ONG pour l’arrestation de rebelles hutus rwandais du (...)

À propos

72-76, bd de la Villette

75019 Paris
France

La Coalition française pour la Cour pénale internationale (CFCPI) regroupe 43 associations, ordres et syndicats professionnels représentatifs des sensibilités de la société civile aux divers aspects de la justice pénale internationale.

Abonnement à notre lettre d'informations


Warning: Illegal string offset 'email' in /var/www/alternc/c/cfcpi/plugins/auto/abomailmans_2_0/formulaires/abomailman.php on line 16

Warning: Illegal string offset 'nom' in /var/www/alternc/c/cfcpi/plugins/auto/abomailmans_2_0/formulaires/abomailman.php on line 17
    • La newsletter de la CFCPI

Coalition française pour la Cour pénale internationale - CFCPI. Haut de page

Site réalisé avec Spip. Graphisme et développement : christophe le drean.